Accueil

>

Comprendre l'énergie

>

Efficacité énergétique : la France, 4e puissance mondiale

Efficacité énergétique : la France, 4e puissance mondiale

Publié le 24 septembre 2014

En matière d’efficacité énergétique, la France se classe dans le peloton de tête des grandes puissances économiques et en deuxième position pour sa politique globale d’incitation aux économies d’énergie.

L'American Council for an Energy-Efficient Economy (ACEEE*) a publié, le 17 juillet dernier, son deuxième classement des seize plus grandes économies mondiales selon le critère de l’efficacité énergétique.

Ces seize puissances* représentent plus de 81 % du PIB mondial et 71 % de la consommation d'énergie dans le monde. C’est dire si leur performance énergétique peut avoir une influence sur l’état de la planète.

L'Allemagne, qui a fait de l'efficacité énergétique un cheval de bataille depuis plusieurs années, occupe la première place du palmarès, suivie de l’Italie en raison de son réseau de transports, puis de l’Union Européenne (représentant la moyenne pour les 28 pays membres).

La France se classe en quatrième position, ex-aequo avec la Chine (notamment pour ses efforts dans le domaine de la construction), devant le Royaume-Uni et le Japon. Les Etats-Unis sont à la traîne en 13e position, devant les trois derniers du classement : la Russie, le Brésil et le Mexique.

Pour établir ce palmarès, l’ACEEE a étudié 31 critères ayant trait aux politiques mises en œuvre dans chaque pays et aux résultats mesurables de ces plans d’action. Ces critères ont ensuite été classés par pays en quatre catégories : la première concerne la politique globale d’efficacité énergétique du pays, tous secteurs confondus. Puis les trois autres présentent les résultats au niveau du bâtiment, de l’industrie et des transports - ces trois secteurs étant les plus énergivores dans les pays développés.

Dans ces quatre catégories, les puissances économiques les mieux placées sont respectivement : à égalité, l’UE, la France, et l’Italie pour leurs politiques d’incitation aux économies d’énergie ; puis la Chine se hisse en première place pour son action dans le secteur du bâtiment, l’Allemagne dans celui de l’industrie, et l'Italie en matière de transport. Le rapport souligne en outre que tous les pays ont encore une belle marge de progression pour atteindre une meilleure efficacité énergétique.

La France montre son ambition

Le 24 avril 2014, soit quelques mois avant la publication de cette étude, la France était le premier des états membres à remettre à la Commission européenne son nouveau plan d’action national d’efficacité énergétique, en application de la directive européenne de 2012. Ce plan détaille, secteur par secteur, les principales politiques et mesures d’économies d’énergie programmées en France, dans l’objectif commun de réduire de 20 % la consommation d’énergie dans l’UE à l’horizon 2020. Dans notre pays, le secteur du bâtiment, qui représentait 44,5 % de la consommation d’énergie finale en 2012, constitue un enjeu majeur, loin devant l’industrie et les transports où les objectifs sont plus difficiles à atteindre.

* L’ACEEE est un organisme à but non-lucratif qui a vocation à promouvoir les politiques, les programmes, les technologies, les investissements et les comportements vertueux en matière d’usage de l’énergie.
** Australie, Brésil, Canada, Chine, France, Allemagne, Inde, Italie, Japon, Mexique, Russie, Corée du Sud, Espagne, Royaume-Uni, États-Unis et Union européenne.

« Article précédent

|

Article suivant »

Ces articles pourraient vous intéresser