Accueil

>

Comprendre l'énergie

>

Gaz naturel, origine et extraction

Gaz naturel, origine et extraction

Publié le 26 août 2015

Le gaz naturel a le vent en poupe : il est aujourd’hui la troisième source d’énergie dans le monde. Mais les particuliers qui l’utilisent pour se chauffer ou pour la cuisson savent-ils vraiment d’où il vient ? Eclairages.

D’où vient-il ?

Le gaz naturel est un combustible fossile, issu de la décomposition d’organismes vivants microscopiques (plancton, algues), emprisonné dans des roches poreuses du sous-sol, terrestre ou marin. Il se présente naturellement sous forme gazeuse, d’où son appellation « gaz naturel ». Evidemment, il n’y a pas de gaz naturel partout, les gisements sont même très inégalement répartis sur la planète. Souvent, gaz et pétrole vont de pair : on retrouve les deux hydrocarbures dans les mêmes zones géographiques, voire les mêmes gisements.

Où se trouve-t-il ?

D’après l’Agence internationale de l’énergie (AIE), la moitié des réserves mondiales de gaz naturel conventionnel est concentrée en Russie, en Iran et au Qatar. Mais on trouve aussi des gisements de gaz aux Pays-Bas, en Norvège, en Algérie…

Demain, c’est en mer profonde que l’on devrait découvrir les plus grandes zones encore non-explorées. D’après les spécialistes de l’IFP Energies nouvelles (IFPEN),

30 % des réserves mondiales de gaz encore inexploitées se trouveraient offshore* à l’instar de South Pars, plus gigantesque gisement de gaz naturel au monde qui se situe à 3 Km de profondeur dans les eaux du golfe persique entre le Qatar et l’Iran.

Comment le récupère-t-on ?

Le gaz naturel est extrait de la roche par forage selon des techniques similaires à celles qui ont cours dans l’industrie pétrolière. Cette opération nécessite des infrastructures complexes, mais elle n’est pas en soi très compliquée. En effet, l’hydrocarbure se trouve naturellement sous pression dans le sol et remonte donc sans mal à la surface. Il ne reste plus ensuite qu’à l’acheminer vers l’usine de traitement. Le gaz est aussi parfois en solution dans le pétrole, il faut alors l’en séparer. On parle dans ce cas de gaz conventionnel associé. Mais c’est la forme non-associée qui est la plus exploitée, et qui alimente le marché international du gaz naturel.

Doit-il être traité ?

Oui, il doit être traité et épuré afin d’être débarrassé notamment de composés soufrés et de C02. Il est ensuite acheminé, principalement par gazoduc, dans les pays où il sera ensuite livré aux domiciles des particuliers. Inodore, il lui est ajouté un composant chimique « odorant » pour des questions de sécurité, afin que l’on puisse le détecter en cas de fuite.

Les méthaniers que l’on aperçoit parfois de nos plages normandes livrent aussi du gaz naturel, mais sous forme liquéfiée.

*http://www.ifpenergiesnouvelles.fr/Espace-Decouverte/Tous-les-Zooms/La-production-petroliere-en-mer-offshore

« Article précédent

|

Article suivant »

Ces articles pourraient vous intéresser