Accueil

>

Comprendre l'énergie

>

5 vérités sur le gaz naturel

5 vérités sur le gaz naturel

Publié le 23 février 2016

La plupart des foyers ont connu, connaissent ou connaîtront au moins une fois le chauffage ou la cuisson au gaz naturel. Pourtant, beaucoup d’idées reçues et d’a priori subsistent à son sujet, sans être toujours fondés, alors que des vérités sont méconnues.

Le gaz naturel sent fort

FAUX. A la base, le gaz naturel ne sent absolument rien... Et c’est bien le problème. C’est pour détecter dès que possible une fuite qu’on lui ajoute un additif liquide, l’éthanethiol, qui va lui conférer cette forte odeur de soufre. Le gaz naturel est, par ailleurs, incolore.

Le gaz naturel est le mode de chauffage le plus doux

VRAI. C’est la raison pour laquelle la majorité des musées utilise le gaz naturel pour réguler la température et l’humidité. D’autres modes de chauffage risqueraient, en asséchant l’air par exemple, de menacer des œuvres anciennes. La plupart des chefs cuisinent également au gaz, considérant qu’il s’agit du mode de cuisson qui préserve le mieux la saveur des aliments.

L’utilisation du gaz naturel est relativement récente

FAUX. Cinq cents ans avant Jésus-Christ, les Chinois avaient déjà découvert comment utiliser le gaz naturel. Ils formaient des pipelines avec des bambous assemblés, et cela leur servait notamment à faire bouillir de l’eau. En revanche, il faut attendre 1785 pour trouver trace de la commercialisation du gaz, en Grande-Bretagne en l’occurrence, pour allumer des réverbères ou des lampes domestiques.

Le gaz naturel met des millions d’années à se former

VRAI ET FAUX. Certes, sans intervention de l’homme, il faut bien des millions d’années pour que la matière organique fermente et se transforme en gaz. Mais il existe aujourd’hui des machines appelées « digesteurs », des réacteurs chimiques où se déroule la fermentation des déchets à forte teneur en matière organique. En Chine par exemple, dans les provinces du Yunnan et du Guizhou, certaines familles ont à leur disposition des biodigesteurs qui recyclent les excréments en gaz.

Le gaz naturel n’est transporté que dans des gazoducs

FAUX. Bien sûr, les gazoducs sont un moyen efficace et répandu de transport du gaz. On soude des tubes d’acier d’un diamètre de 50 centimètres à un mètre, et la canalisation peut atteindre jusqu’à plusieurs milliers de kilomètres. Mais quand ça ne suffit pas, c’est-à-dire quand on doit faire traverser un océan au gaz, par exemple, on le liquéfie en le soumettant à une température de -161 °C. Une fois liquide, il est 600 fois moins volumineux et peut donc être transporté en grande quantité par bateau.

« Article précédent

|

Article suivant »

Ces articles pourraient vous intéresser