Accueil

>

Comprendre l'énergie

>

La pompe à chaleur, elle souffle le chaud et le froid !

La pompe à chaleur, elle souffle le chaud et le froid !

Publié le 28 mars 2018

Une pompe à chaleur peut servir à chauffer ou à rafraîchir un logement et à produire de l’eau chaude sanitaire. Comment ? En captant les calories naturellement présentes dans le sous-sol et dans l’air. Couplé à une bonne isolation thermique, ce dispositif peut abaisser de deux tiers la facture annuelle de chauffage.

Une pompe à chaleur : qu'est-ce qu'est ?

Le fonctionnement des pompes à chaleur (PAC) repose sur un système de capteurs en contact avec l’air, la terre ou bien l’eau, installés à l’extérieur du logement. L’énergie thermique est récupérée grâce à un évaporateur. Puis un compresseur électrique fait monter le niveau de la température et transfère la chaleur à l’intérieur de l’habitation. Celle-ci est ensuite diffusée soit par le biais de convecteurs, soit par un plancher chauffant. Si la maison est bien isolée thermiquement, un dispositif adéquat permet de couvrir 100 % des besoins de chauffage en consommant seulement 30 % d’énergie électrique.

Les pompes à chaleur géothermiques

Ces PAC, dites aussi sol/eau, prélèvent la chaleur dans le sol par le biais de capteurs enterrés, soit horizontalement à faible profondeur, soit verticalement par forage. La chaleur est ensuite transférée dans le logement via des circuits d’eau.
Le captage horizontal consiste en un réseau de tuyaux parcouru d’un fluide frigorigène qui représente une surface équivalente à 1,5 à 2 fois celle du logement à chauffer. Le captage vertical se fait au moyen de deux sondes installées entre 80 et 100 mètres de profondeur, composant un circuit fermé parcouru d’eau glycolée.
Il est également possible de capter la chaleur contenue dans l’eau d’une nappe phréatique par le biais de deux forages : un puits de captage et un puits de réinjection. Ce modèle de PAC, dit hydrothermique ou eau/eau, est plus rarement mis en œuvre dans un lac ou un cours d’eau. Le forage nécessite une étude technique approfondie et des autorisations administratives mais le rendement est excellent.

Les aides disponibles pour s’équiper

L’installation d’une PAC (hors dispositif air/air) ouvre encore droit cette année au crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), à un taux de 30 %, sur un montant de dépenses (matériel et pose) plafonné à 8 000 € pour une personne seule et 16 000 € pour un couple (majoré de 400 € par personne à charge) sous certaines conditions, notamment des critères de performances minimales de l’équipement. Le devis doit avoir été accepté et un acompte versé avant le 1er juillet 2018. Le crédit d’impôt est cumulable avec l’éco-prêt à taux zéro et, sous conditions de ressources, avec les aides du programme Habiter Mieux de l’Anah. Certaines collectivités territoriales et fournisseurs d’énergie peuvent également apporter une aide financière. Renseignez-vous.

La France est le premier marché européen en nombre de PAC installées. 83 800 PAC air/eau et 2 500 PAC géothermiques installés en France en 2017.

Source : Afpac (association française pour les pompes à chaleur).

« Article précédent

|

Article suivant »

Ces articles pourraient vous intéresser