Accueil

>

Comprendre l'énergie

>

Orages et éclairs : comment se forment-ils et comment s’en protéger ?

Orages et éclairs : comment se forment-ils et comment s’en protéger ?

Publié le 20 septembre 2017

L’électricité est partout : elle illumine notre logis, alimente nos appareils ménagers, fait battre notre cœur et fonctionner notre cerveau… Elle anime également les ciels d’été lorsque la journée a été chaude. Cinq questions pour comprendre le phénomène de l’orage et apprendre à se protéger de la foudre.

Comment se forment les orages ?

L’été, l’air chaud, qui est moins dense, remonte à des kilomètres de hauteur dans le ciel. En s’élevant, l’humidité du sol se condense en gouttelettes d’eau puis en cristaux de glace, donnant naissance à des phénomènes annonciateurs d’orage : les cumulonimbus.

Dans ces gigantesques nuages, beaucoup plus froids à leur sommet qu’à leur base, se créent de violents courants, ascendants et descendants, où les molécules d’air se frottent et s’échauffent. Cette agitation produit d’énormes charges électriques de polarités opposées puis de brusques décharges atmosphériques tout aussi puissantes : l’orage gronde.

Qu’est-ce qu’éclair et foudre ?

Un éclair est le résultat, visible dans le ciel, de la décharge d’électricité accumulée dans les cumulonimbus. L’éclair se propage à une vitesse moyenne de 40 000 km par seconde et échauffe l’air environnant jusqu’à 30 000°C. Les plus grands éclairs mesurent jusqu’à 20 kilomètres de long.

La foudre n’est rien d’autre qu’un éclair qui a touché terre, occasionnant le plus souvent des incendies. Lors de certains gros orages, près de cent éclairs peuvent se former à la minute, dont seulement le quart touchera le sol.

Pourquoi le tonnerre ?

L’extrême température de l’éclair provoque une dilatation très rapide de l’air. Le tonnerre est le résultat sonore de cette dilatation : un roulement qui déchire le ciel et fait trembler de peur certains individus.

Si le bruit du tonnerre n’a pas lieu d’inquiéter, il convient cependant d’adopter certaines précautions pendant l’orage. Retenez, pour seul exemple, qu’un éclair peut atteindre 20 000 ampères tandis que les 16 ampères supportés par une prise électrique suffisent à l’électrocution.

Quelles précautions à la maison ?

En cas d’orage, la meilleure des protections consiste à rester à l’intérieur. Certaines maisons sont équipées d’un paratonnerre dont la fonction consiste à conduire l’électricité dans le sol pour éviter qu'elle ne fasse des dégâts. Mais l’essentiel des problèmes causés par la foudre dans les logements est dû aux ondes électromagnétiques qui rayonnent sur des kilomètres, provoquant microcoupures et surtensions qui peuvent endommager compteurs électriques, téléviseurs, ordinateurs… C’est la raison pour laquelle il est recommandé de débrancher les appareils lorsqu’un orage approche, et de ne pas se servir du téléphone filaire sans nécessité absolue.

Comment se protéger dehors ?

Ayez en tête que la foudre empruntera toujours le chemin le plus court pour rejoindre le sol. Aussi, éloignez-vous de tout point culminant, ne vous abritez pas sous un arbre et posez au sol votre parapluie. Ne vous tenez pas debout à côté d’un élément métallique : pylône, clôture, voiture… Restez à l’intérieur du véhicule et ramassez-vous le plus possible sur vous-même sans toucher les parois. Si l’orage vous surprend en rase campagne, le mieux est de vous accroupir, voire de vous coucher au sol. Il convient également de sortir de l’eau si vous vous baignez.

Enfin, si vous rencontrez un blessé par la foudre, prévenez immédiatement les secours et, dans l’attente, portez-lui assistance sans crainte, vous ne risquez rien à le toucher.

« Article précédent

|

Article suivant »

Ces articles pourraient vous intéresser