Accueil

>

Comprendre l'énergie

>

Panne électrique, savoir identifier la cause

Panne électrique, savoir identifier la cause

Publié le 23 octobre 2017

Les ménages consomment 47 % de l’énergie produite en France. Eclairage, audiovisuel, chauffage, lavage, informatique… Quel que soit le besoin, l’électricité arrive à domicile sans que l’on ait à s’en inquiéter. Mais lorsqu’en actionnant l’interrupteur il ne se passe rien, l’homo-électricus se trouve alors fort dépourvu. Alors voici la méthode pour rester zen en cas de panne électrique.

Première étape : chercher d’où vient le problème

Vous êtes tranquillement chez vous en train de cuisiner lorsque toutes les lumières s’éteignent. Pas besoin de convoquer Thomas Edison* pour diagnostiquer une panne électrique. Premier réflexe : se demander si cette panne touche d’autres logements. L’occasion idéale d’une petite visite à vos voisins.

Cas n°1

Ces derniers vous accueillent avec une bougie et il n’y a plus de lumière non plus dans la rue : c’est donc une panne de secteur. Pas d’inquiétude, les équipes d’Enedis sont sûrement déjà au courant et vont rapidement intervenir. Si elles tardent, vous pouvez signaler la panne au numéro qui figure sur votre facture d’électricité. Faut-il encore pouvoir remettre la main sur votre lampe torche.

Cas n°2

La panne électrique ne touche que votre logement. Nous sommes d’accord, c’est injuste. Retrouvez d’urgence cette fameuse lampe torche : vous allez devoir enquêter pour identifier la cause de la panne.

Deuxième étape : identifier la panne

Dirigiez-vous vers votre tableau électrique et vérifiez la position du disjoncteur. Tableau électrique, disjoncteur ? Si, à ce stade, vous êtes déjà dépassé, ce n’est pas la peine d’aller plus loin : faites appel à une personne aimable et compétente pour vous aider, ou consultez l’un de nos articles sur ce sujet.

Cas n°1 

Le disjoncteur est en position « marche ». Aïe ! Etes-vous sûr de n’avoir pas oublié quelque chose ? Vérifiez que vous êtes bien à jour du règlement de vos factures d’électricité. Vous pouvez appelez votre fournisseur pour lui demander ce qu’il en est.

Cas n°2 

Le disjoncteur est en position « arrêt » :
• Il se peut que trop d’appareils fonctionnaient en même temps au moment de la coupure, ce qui a provoqué une surcharge électrique. Dans ce cas, il vous suffit d’en éteindre quelques uns avant de réarmer l’installation. Pour remédier définitivement au problème, vérifiez la puissance souscrite (3, 6 ou 9 kVA) sur votre facture d’électricité et demandez conseil à votre fournisseur.
• Le cas contraire, baissez tous les fusibles au tableau électrique puis réenclenchez le disjoncteur. S’il ne tient pas en position « marche » ou alors si le courant ne revient pas, appelez le service dépannage d’Enedis.

Troisième étape : traquer le coupable

Vous avez réarmé le disjoncteur après avoir abaissé tous les fusibles et il tient ? Il vous suffit maintenant de remonter les fusibles, un à un, jusqu’à ce que le disjoncteur saute de nouveau. Cette manipulation vous permettra d’identifier la ligne électrique en cause. En effet, dans le meilleur des mondes, des étiquettes sont placées en regard de chaque fusible précisant les éléments électriques qui en dépendent. Vous pourrez alors tester facilement les prises et/ou appareils qui y sont branchés, à condition d’agir avec prudence. Si vous n’êtes pas très sûr, n’intervenez pas vous même. Et lorsque vous aurez trouvé le coupable, n’utilisez plus la prise endommagée ou l’appareil concerné. Il peut également s’agir d’un défaut de l’installation, par exemple une infiltration d’eau sur une prise de courant. Dans ce cas, faites appel à un professionnel. Un électricien agréé pourra, en outre, réaliser un diagnostic complet de votre installation électrique pour plus de sûreté.

* inventeur notamment de l’ampoule électrique à incandescence en 1879 qui va révolutionner l’éclairage.

« Article précédent

|

Article suivant »