Accueil

>

Contrôler votre consommation

>

Le top 5 des villes les plus vertes

Le top 5 des villes les plus vertes

Publié le 11 octobre 2018

Responsables de près de la moitié des émissions de gaz à effet de serre selon l’ONU, les villes ont de multiples défis environnementaux à relever, notamment en termes de gestion de l’énergie, de l’eau et des déchets, de qualité de l’air et d’espaces verts. Focus sur les cinq villes les plus avancées dans ces domaines*.

1. Zurich, 2 000 watts à l’horizon 2050

Si Zurich obtient la première place du palmarès des villes les plus écolo, ce n’est pas un hasard. La cité est riche d’espaces verts, de grandes forêts, d’un lac de 42 km qui alimente les habitants d’une eau potable de qualité… Mais outre cet environnement privilégié, Zurich a mis en place une approche pionnière pour lutter contre le changement climatique : « la société 2 000 watts». L’objectif ? Diviser par deux la consommation d’électricité des Zurichois à l’horizon 2050. Pour y parvenir, la ville accorde notamment un bonus aux entreprises efficaces en énergie et soutient l’isolation thermique des bâtiments. Tout en menant des opérations régulières pour sensibiliser le public aux économies d’énergie.

ville-verte
2. Stockholm, haro sur les émissions de CO2

Stockholm est engagée depuis longtemps sur le terrain environnemental. La capitale suédoise a même été désignée première capitale verte d’Europe par la commission européenne en 2010. Et pour cause : la ville a su réduire ses émissions de CO2 de 25 % depuis 1990. Elle produit ainsi seulement 3,4 tonnes de CO2 par habitant, quand la moyenne des autres grandes villes européennes s’établit autour de 10 tonnes. A Stockholm, l’habitude est prise : tout projet d’envergure est précédé d’analyses d’impact environnemental rigoureuses.

3. Genève, stratégie « 100 % renouvelable »

Chauffage et construction des bâtiments, gestion de l’eau et des déchets, éclairage public, voies vertes offrant une alternative aux déplacements motorisés… Genève s’est engagée dans une stratégie « 100 % renouvelable en 2050 ». A travers la signature d’un protocole d’accord Pact’Air, la ville s’emploie également à la reconquête de la qualité de l’air en menant des actions ciblées dans les domaines du chauffage, de l’urbanisme, de l’agriculture, des chantiers…. Grâce à un réseau de transports en commun efficace et à des actions de sensibilisation ciblées, la population laisse de plus en plus volontiers la voiture au garage.

ville-verte
4. Vienne, l’essor d’une Smart City

Vienne est première au classement 2018 des villes où il fait bon vivre, selon le magazine The Economist. Outre de vastes espaces verts, les Viennois profitent d’une eau de source au robinet, d’électricité verte (centrales hydroélectriques), d’un réseau de transports publics performant, avec notamment des bus à émission zéro en centre-ville, plus de 1300 km de pistes cyclables, une flotte de voitures propres à louer... Vienne utilise largement les technologies numériques pour optimiser le fonctionnement de ces services et a fait du quartier d’Aspern un démonstrateur de solutions intelligentes : domotique, géothermie, panneaux solaires, capteurs sur les bâtiments pour contrôler la température et la qualité de l’air…

ville-verte
5. Francfort, la ville de la mobilité durable

Cinquième ville d’Allemagne et quatrième place financière d’Europe, Francfort jouit d’espaces naturels qui représentent plus de la moitié de la surface urbaine. La ville a beaucoup misé sur la mobilité durable et cherche à réduire de façon drastique la part des transports privés motorisés. Elle dispose ainsi d’une zone « basses émissions » où la circulation des véhicules polluants est interdite, limite le nombre de places de stationnement, développe son réseau de transport public et encourage l’utilisation de vélos et de voitures électriques.

ville-verte

Et si vous souhaitez faire un pas de plus vers la protection de l'environnement, Eni vous propose une offre 100% verte.

*Source : Palmarès dressé par le cabinet de design international Arcadis et le Centre for economics and business research (2016).

« Article précédent

|

Article suivant »

Ces articles pourraient vous intéresser