Accueil

>

Optimiser vos usages

>

Bien ventiler son logement, gros plan sur les VMC

Bien ventiler son logement, gros plan sur les VMC

Publié le 16 février 2018

Renouveler l’air intérieur, évacuer les polluants, améliorer le confort des occupants, éviter la dégradation du bâti, prévenir les problèmes d’humidité funeste pour la santé, économiser le chauffage… Les avantages d’une ventilation bien adaptée sont légion. Tour d’horizon des principaux systèmes.

L’installation d’une ventilation mécanique contrôlée (VMC) est capitale. Dans le neuf, c’est même une obligation légale. Outre renouveler l’air, ce système permet d’évacuer l’humidité sans ouvrir les fenêtres, donc sans laisser entrer l’air froid. Vous évitez ainsi les pertes de chaleur inutiles et faites des économies d’énergie. D’autant que certaines VMC peuvent insuffler de l’air chaud dans l’habitation pour en augmenter le confort thermique. Reste à faire le bon choix.

Le principe de la VMC à simple flux

A partir des années 1970, les immeubles neufs sont de mieux en mieux isolés, donc davantage étanches, et la ventilation mécanique contrôlée (VMC) à simple flux se généralise. Son principe est simple : l’air frais entre naturellement dans le logement par les aérations des façades et des fenêtres, puis il traverse les pièces dites sèches (séjour, salon, chambre) pour être ensuite évacué vers l’extérieur au niveau des pièces humides (cuisine, salle de bain et toilettes) par le biais de gaines. Le moteur électrique, qui assure l’extraction de l’air vicié par le toit, est souvent logé dans les combles. Petit à petit, la technique s’améliore.

Des techniques plus efficaces

• Les VMC à simple flux hygroréglables sont plus efficaces que les VMC de première génération, car leur débit s’adapte à l’humidité ambiante, donc aux activités dans la maison (douche, cuisine…).
• Le principe des VMC à double flux est astucieux : l’air qui a circulé dans le logement réchauffe l’air neuf qui y entre, d’où une importante économie de chauffage. Le système de filtration de l’air entrant procure, en outre, une atmosphère intérieure plus saine, exempte de certains polluants extérieurs comme les pollens. Mais ces appareils reviennent 30% plus cher plus cher (achat et pose) que les modèles à simple flux.
• La VMC à double flux thermodynamique est le principe de ventilation le plus performant. L’air entrant est chauffé par une pompe à chaleur, ce qui permet de substantielles économies de chauffage. Mais l’installation est plus compliquée, plus onéreuse et nécessite un entretien régulier plus complet que pour les autres modèles.

La ventilation mécanique répartie (VMR)

Ce système fonctionne selon le même principe que la VMC à simple flux mais chaque pièce humide possède son propre groupe d’extraction (moteur) installé au niveau de chaque gaine. Les modèles les plus récents sont silencieux et peu énergivores. La VMR est particulièrement indiquée en rénovation, dans le cas où l’installation d’une VMC est difficile, voire impossible.

Le puits climatique

Dans les régions soumises à de fortes variations de température, le puits climatique, également appelé puits canadien ou puits provençal, est une solution à coupler avec une VMC. L’air, capté par une bouche d’entrée dans le jardin, suit ensuite une gaine enterrée dans le sol (de 1,5 à 3 m de profondeur), là où la température reste constante en toute saison. Puis l’air pénètre dans la maison grâce à un système de ventilation. En hiver, il est préchauffé avant son introduction ; l’été, il apporte une fraîcheur naturelle. Cette installation requiert d’excellents professionnels.

Vous connaissez désormais les différents systèmes de ventilation mécanique possibles pour votre logement. A vous de faire le bon choix selon vos contraintes, votre budget et vos besoins.

Le saviez-vous ?

Cuisiner et faire la vaisselle produisent chaque jour 1,5 kg de vapeur d’eau dans le logement.
Source CSTB – Valeurs moyennes pour un logement de 4 personnes.