Accueil

>

Optimiser vos usages

>

Ne laissez pas le choix de votre nouvelle chaudière au hasard !

Ne laissez pas le choix de votre nouvelle chaudière au hasard !

Publié le 12 janvier 2017

Changer sa chaudière, cela s’effectue souvent dans l’urgence... Et ce n’est généralement pas le meilleur moment pour faire des économies ! Quelques questions simples peuvent vous éviter d’acheter un équipement qui se révélera peu approprié et augmentera vos factures pendant plusieurs années.

Une chaudière, on la remplace en général lorsqu’on y est contraint. C’est-à-dire quand elle nous lâche, généralement en plein hiver et parfois au beau milieu de la nuit. C’est la panique et c’est souvent la meilleure façon de se précipiter vers le premier modèle venu sans forcément prendre le temps d’analyser vos besoins. Mieux vaut donc anticiper dans la mesure du possible, et dès les premiers signes de faiblesse de cet équipement qui peut durer jusqu’à 25 ans, envisager de la changer. Voici des questions simples à se poser qui vous permettront de définir exactement ce dont vous avez besoin.

Ma maison est-elle bien isolée ?

C’est la première chose à déterminer ! Quelles que soient ses qualités, une chaudière aura du mal à chauffer votre maison si celle-ci est une « passoire » énergétique. Mieux vaut donc investir pour renforcer l’isolation thermique avant toute chose.

Une chaudière pour quel usage ?

Déterminez si vous souhaitez que votre chaudière serve aussi de chauffe-eau ou si vous préférez deux systèmes indépendants. Définissez aussi vos besoins : un équipement pour tous les jours si vous habitez dans une région froide ne sera pas le même que pour une maison de vacances au soleil. De même, si vous êtes un couple, vos besoins en eau chaude sanitaire ne seront pas les mêmes que ceux d’une famille avec quatre enfants, par exemple. Dirigez-vous donc vers le modèle le plus approprié à votre situation.

Quelle source d'énergie choisir ?

Bien sûr, lorsqu'une panne survient, on ne change pas de source d'énergie. Mais anticiper permet de se renseigner sur les alternatives. Plusieurs types de chaudières existent : au bois, au fioul, au gaz ou hybrides. Peu cher et écologique, le bois pose principalement des problèmes de stockage. Difficile de l’entreposer dans de petits espaces ! Même chose pour le fioul, qui est de plus assez onéreux. Enfin les hybrides utilisent une source d'énergie renouvelable, pompe à chaleur ou solaire principalement, et une chaudière d'appoint au gaz ou fioul s'il fait très froid. Le gaz, lui, est réputé diffuser une chaleur plus agréable et offre l'un des meilleurs rapports qualité-prix. Il nécessite d'être raccordé au gaz de ville et plusieurs technologies existent.

Quel type de chaudière au gaz choisir ?

Si vous optez pour le gaz, vous aurez le choix entre trois principaux modèles : une chaudière « classique », une chaudière basse température ou une chaudière à condensation. La chaudière « classique » va chauffer l'eau des radiateurs à une température élevée. Plus chère, la chaudière à basse température a besoin de moins d'énergie pour chauffer l'eau et l'adapte aux besoins : elle s'avère rapidement rentable, permettant d'économiser 12 à 15 % d'énergie. La chaudière à condensation, plus onéreuse que celle à basse température, permet aussi d'économiser davantage à l'utilisation. Elle condense la vapeur d'eau des gaz de combustion et récupère de l'énergie. Certains modèles sont même appelés éco-générateurs : ils produisent de l'eau chaude et du chauffage, mais aussi de l'électricité ! Un moteur tourne grâce à la chaleur créée par la combustion du gaz. De plus, choisir une chaudière à condensation peut vous permettre de bénéficier d’aides financières de la part de votre fournisseur d’énergie.

Où l'installer ?

Vous aurez le choix entre une chaudière au sol, généralement plus puissante et plus robuste, et une chaudière murale, qui prend moins de place mais dure moins longtemps. Installez-la dans une pièce ventilée, et ne l'accrochez pas à une cloison légère si elle est murale. De même, évitez de la placer trop près de plaques de cuisson ou d'une machine à laver ; dans les deux cas, une usure prématurée pourrait survenir.

« Article précédent

|

Article suivant »

Ces articles pourraient vous intéresser