Accueil

>

Comprendre l'énergie

>

Gaz naturel, comment amortir la flambée des prix ?

Gaz naturel, comment amortir la flambée des prix ?

Publié le 22 janvier 2019

Le tarif réglementé du gaz naturel a bondi de plus de 20 % en 2018. Une hausse qu’il est possible d’amortir en faisant les bons choix. Explications.

Après plusieurs années de baisse, le prix du gaz naturel s’est envolé avec près de 22 % d’augmentation* en 2018. Une bien mauvaise surprise pour les 4,4 millions de foyers demeurés au tarif réglementé d’Engie (ex-GDF Suez), c’est-à-dire près de la moitié (43 %) des abonnés au gaz. En revanche, cette hausse n’aura pas eu d’incidence sur la facture des ménages détenteurs d’un contrat de marché à prix fixe (voir plus bas).

La taxe carbone en cause, mais pas seulement

La raison de cette flambée s’explique par plusieurs facteurs. Le premier d’entre eux : la hausse du prix du baril de pétrole sur lequel le tarif réglementé du gaz naturel est en partie indexé. Egalement incriminé, l’impact des investissements de modernisation du réseau de gaz, notamment l’installation de Gazpar, le compteur communicant de GRDF. Mais ce que l’on pointe également, c’est l’alourdissement de la fiscalité, qui représente désormais près de 30 % de la facture de gaz. En particulier l’inflation de la taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel (TICGN) qui comprend la fameuse « taxe carbone » sur les énergies fossiles. Cette dernière a enflé de 565 % entre 2015 et fin 2018 et devrait continuer à grimper dans les années à venir.

Le gel de la TICGN, une mesure provisoire

A la fin de l’année 2018, pour tenter d’apaiser la colère des gilets jaunes, le premier ministre a annoncé qu’il n’y aurait pas d’augmentation des tarifs régulés du gaz durant l’hiver. La TICGN, qui devait progresser de 22 % au 1er janvier 2019, va donc être gelée jusqu’en mars 2019. Cependant, si elle est opportune, cette mesure a un gros défaut : celui d’être provisoire. Mais l’usager peut agir pour faire face à la hausse du tarif réglementé du gaz.

Que peut faire l’usager pour payer moins cher ?

Comment ? En comparant les prix et en faisant jouer la concurrence, pour être sûr de choisir l’offre la plus compétitive du marché. D’autant que changer de fournisseur de gaz naturel est une démarche simple et gratuite. C’est même un droit que chacun peut exercer à tout moment, sans délai et sans frais, et même souvent en quelques clics. Avant de faire le bon choix, n’oubliez pas qu’il existe trois types de contrats de marché :
les offres à prix indexés, qui proposent une réduction par rapport aux tarifs réglementés, mais qui suivent les mêmes évolutions que ces derniers, à la hausse comme à la baisse
les offres à prix fixes dont le prix de la molécule est fixé au moment de la souscription du contrat puis bloqué pendant toute sa durée ; par exemple comme l’offre Webeo 1 an d’Eni, qui propose un prix HT inférieur de 15 % à celui du tarif réglementé et fixe pendant 1 an ;
les offres à prix fixes révisables seulement à la baisse, comme l’offre Astucio Eco d’Eni, qui protège les consommateurs des hausses de prix pendant trois ans. Avec Astucio, si le tarif réglementé baisse, le prix du gaz baisse. Mais si le tarif réglementé augmente, le prix ne bouge pas. Voilà effectivement un excellent moyen d’être toujours gagnant !

* Taux moyen, différent selon l'usage du gaz. Source : Capital

« Article précédent

|

Article suivant »

Ces articles pourraient vous intéresser