Accueil

>

Comprendre l'énergie

>

Monoxyde de carbone, un risque à prendre au sérieux

Monoxyde de carbone, un risque à prendre au sérieux

Publié le 13 décembre 2017

Inodore, incolore, sans saveur, non-irritant… Le monoxyde de carbone est un gaz asphyxiant imperceptible et, de ce fait, extrêmement dangereux. Première cause de mortalité toxique en France, il résulte d’une mauvaise combustion des composés carbonés. Pour s’en prémunir, aérez votre logement chaque jour et faites systématiquement vérifier vos installations.

L’hiver, une période à risque

Très toxique pour l’homme, le monoxyde de carbone (CO) est issu de la combustion incomplète des matières carbonées : gaz naturel, bois, charbon, fioul, essence, éthanol… Un conduit mal raccordé, une cheminée obstruée, une chaudière ou un chauffe-eau qui dysfonctionne, un poêle ou une cuisinière inadaptés… et le gaz se diffuse rapidement dans le logement, entraînant une intoxication qui peut être mortelle en quelques minutes.
Selon l'Institut de veille sanitaire (InVS), le CO est à l’origine d’environ 4 000 intoxications et d’une centaine de décès par an en France. Soulignons que les accidents ont majoritairement lieu à domicile, d’octobre à mars, c’est-à-dire pendant la période dite « de chauffe », et la chaudière en est la principale responsable.

Maux de tête et nausées

Le monoxyde de carbone empêche les globules rouges de circuler dans le sang et d’oxygéner l’organisme. Maux de tête, nausées, brusque fatigue, vomissements sont les premiers signes d’alerte. Il convient alors d’aérer la pièce, d’évacuer les lieux et d’appeler au plus vite les secours (le 18 ou le 112 sur un mobile). En effet, un traitement par oxygène pourra empêcher ou réduire les éventuelles séquelles, notamment neurologiques et cardio-vasculaires. Dans un second temps, il convient de déterminer la cause de l’accident pour la neutraliser.

Respecter les consignes

S’ils sont une source de confort, les appareils à combustion sont donc aussi potentiellement dangereux. C’est pourquoi il est important de strictement respecter les consignes d’utilisation des fabricants. Veillez notamment à :
• Ne jamais utiliser pour se chauffer des appareils qui ne sont pas affectés à cet usage, comme les cuisinières, barbecues et autres braseros.
• Ne jamais faire fonctionner un chauffage d’appoint (hors système électrique) en continu.
• Placer toujours les groupes électrogènes à l’extérieur des habitations et ne laissez jamais fonctionner le moteur d’un véhicule dans le garage.

Prévenir les risques

Pendant l’hiver, plusieurs règles de sécurité s’imposent :
• Ne soyez jamais tenté d’obstruer les bouches d’aération, même lorsqu’il fait froid.
• Maintenez les systèmes de ventilation en bon état et prenez soin d’aérer votre logement chaque jour au moins dix minutes, quelle que soit la température extérieure.
• Chaque année, faites systématiquement entretenir vos installations par un professionnel qualifié, quel que soit le combustible utilisé (fioul, gaz, bois, charbon, pellets, etc), et faites vérifier aussi les conduits de fumée.
• Pour une vingtaine d’euros, vous pouvez acquérir un détecteur de CO, à ne pas confondre avec le détecteur de fumée (DAAF) obligatoire depuis mars 2015. Une précaution peu onéreuse qui peut être salutaire.

Et pour plus d'informations ou de conseils, c’est par ici.

« Article précédent

|

Article suivant »

Ces articles pourraient vous intéresser