Accueil

>

Optimiser vos usages

>

Un hiver bien au chaud avec des fenêtres performantes

Un hiver bien au chaud avec des fenêtres performantes

Publié le 30 janvier 2019

Des fenêtres anciennes peuvent occasionner jusqu’à 15 % de perte de chaleur. Choisir la qualité, c’est donc choisir le confort mais aussi les économies !

Opter pour la performance

Empêcher la chaleur de s’échapper est l’une des façons les plus faciles de faire des économies de chauffage, et donc d’alléger sa facture d’énergie. Remplacer d’anciennes fenêtres à simple vitrage par des modèles plus performants est une option à examiner de près.
La qualité d’un double vitrage est en grande partie liée à la lame de gaz rare (argon, krypton ou xénon) emprisonnée à l’intérieur de la paroi vitrée. En effet, le gaz produit une forte diminution de la conduction et de la convection du froid. Les triples vitrages, en revanche, ne sont avantageux que dans certains cas, par exemple à proximité d’axes routiers, car ils ont le défaut de moins bien laisser passer la lumière.

Identifier la qualité du vitrage

Le coefficient de transmission thermique, qui mesure l’isolation des fenêtres, est exprimé en watt par mètre carré-kelvin (W/m2.K). Plus le chiffre est faible, plus les fenêtres sont performantes. Pour une isolation optimale, il convient de choisir un coefficient inférieur à 1,4 W/m2.K.

Choisir le bon matériau

Le PVC est le matériau le plus économique et le plus répandu, notamment en raison de sa légèreté et de sa souplesse permettant une intégration facile dans le bâti. Mais pour les fenêtres de grande dimension, mieux vaut choisir un modèle en aluminium avec rupture de pont thermique afin d’éviter les problèmes de condensation (voir plus bas). Les fenêtres en bois réclament davantage d’entretien. Mais quel que soit le matériau choisi, la performance d’une fenêtre neuve dépend aussi du soin apporté à la pose.

Faire la chasse aux ponts thermiques

Les finitions réclament, en effet, beaucoup de soin afin d’éviter les points froids (ou pont thermiques), qui se situent généralement à la jonction entre les menuiseries et les murs. Ces défauts sont à l’origine de condensation et de moisissures. La technique de la thermographie infrarouge permet aux professionnels de détecter les ponts thermiques, au niveau des fenêtres mais également de toutes les structures du logement. Un outil d’un grand intérêt dans le cadre d’une rénovation thermique.

Aménager ses fenêtres

Si vous ne pouvez investir dans un double-vitrage performant, il peut être utile de vérifier les joints et d’équiper vos fenêtres de films isolants. Ne négligez pas de fermer les volets lorsque la nuit tombe et d’installer des rideaux épais pour vous protéger du froid. Pensez également à isoler les caissons des volets roulants.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur fr.eni.com ou appelez nos conseillers au 32 94 (du lundi au vendredi de 9 h à 19 h).

« Article précédent

|

Article suivant »

Ces articles pourraient vous intéresser